La ville de Figeac

Edifiée au IXème siècle, l’abbaye de Figeac est à l’origine d’une des villes les plus florissantes du midi médiéval. Étape sur la route de Saint-Jacques de Compostelle, Figeac est surtout une cité marchande active. A l’ombre des quatre églises paroissiales et de l’abbaye Saint-Sauveur, la ville se développe et s’enrichit : Les grands marchands, partis faire fortune dans la Chrétienté et au Levant, l’embellissent par la construction de luxueux hôtels particuliers.

Cette prospérité a marqué l’urbanisme de la ville jusqu’à notre époque. On ressent néanmoins fortement l’empreinte du Moyen-Age

Les nombreuses arcades abritant des commerces constituent l’un des traits remarquables du centre historique de la ville.

Les siècles suivants sont marqués par les remaniements successifs des maisons, présentant aussi une séquence ininterrompue de l’histoire architecturale de la ville jusquà nos jours.

La qualité de cet ensemble a permis à Figeac d’entrer dans le réseau prestigieux des villes et Pays d’Art et d’Histoire.

Jean-François Champollion, le célèbre déchiffreur des hiéroglyphes, est né à Figeac en 1790. Sa maison natale abrite un musée qui évoque la vie et le travail du jeune chercheur à travers portraits, manuscrits, éditions originales et projections audiovisuelles. A quelques pas de là, l’artiste américain Joseph Kosuth a créé la « Place des Écritures », dont le sol est occupé par une immense pierre de Rosette en granit noir.